Le très talentueux et pacifiste écrivain japonais, prix Nobel de Littérature en 1994, Kenzaburô Oé (né en 1935)1, était tout logiquement de ceux qui ont manifesté le 19 septembre 2011, soit un peu plus de six mois après la catastrophe de Fukushima. Il a tenu, dans son «Discours pour la manifestation des cinquante milles» à appuyer son propos sur deux citations.

© Enquête de santé     -     Conditions générales     -     Mentions légales     -     Le blog     -     Contact     -     Qui sommes-nous ?

La revue d’investigation dans le domaine de la santé

Rechercher

Numéro 17 - Février 2013

48 pages d’enquêtes

sans publicité.

Pourquoi ce journal ?

Depuis plus de deux ans, cette revue nourrit le débat sur la santé, en proposant un regard neuf et alternatif.  Les questions de santé occupent une place essentielle dans notre vie quotidienne, et nous voulons répondre ici a ce besoin croissant d’une information indépendante, investigatrice et contradictoire.

En s’appuyant sur les travaux de médecins, de scientifiques et de chercheurs, nous posons un certain nombre de questions de santé sur la table, sans idéologie, ni tabous. Car il faut bien reconnaître – en tout cas en France – que de nombreux sujets dans le domaine de la médecine ne sont guère évoqués sur la place publique. Poids des lobbies ? Des habitudes ? D’une médecine qui redoute parfois de se remettre en question ?

index.html

Rédactrice en chef

Myriam Marino

Dossier : sortir du nucléaire

«Récidiver, en faisant preuve avec les centrales nucléaires de la même inconséquence à l’égard de la vie humaine, c’est la pire trahison de la mémoire des victimes d’Hiroshima», Kenzaburô Oé, écrivain japonais, dans un entretien accordé au journal Le Monde, le 16 mars 2011.

  1. Avec

  2. Willy Barral

Découverte : soigner avec 
les sons

Soigner avec les sons : n'est-ce pas ce que l'humanité fait plus ou moins depuis l'aube des temps ? Oui, mais Pier Rubesa réinvente notre rapport au son non seulement en nous permettant de comprendre les phénomènes qui y sont liés, mais surtout en mettant son savoir-faire d'ingénieur du son et de scientifique au service de l'outil thérapeutique. Entretien avec ce chercheur canadien installé en Suisse depuis dix ans et qui se définit comme un inventeur dans le domaine du vivant et de ses vibrations.

Enceintes triphoniques

de Pier Rubesa

Nous reprendrons celle de celui que ce grand auteur considère comme un de ses maîtres : Kazuo Watanabe (1901-1975), «éminent spécialiste des lettres françaises» (il a notamment traduit Rabelais en japonais) : «certains affirment que sans «folie», il est impossible de mener à bien des entreprises d’envergure. Mais c’est faux. Les entreprises menées avec «folie» s’accompagnent nécessairement d’immenses dommages et de victimes. Une action peut être vraiment dite d’envergure lorsqu’elle est menée loyalement et sans outrance, par des hommes ayant des qualités humaines et qui, de plus, sont particulièrement conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes susceptibles de «folie»». Et Oé de souligner : «l’énergie nucléaire s’accompagne nécessairement de dommages et de victimes»...

Peu de gens savent qu'il est possible d'élever son bébé sans couches, ou ne serait-ce qu'en en utilisant moins. Comment cela ? Non pas en dressant son tout-petit à la «propreté», mais par ce qu'on appelle en France l'hygiène naturelle infantile, aussi appelée HNI.

L'hygiène naturelle infantile, qu'est-ce que c'est ? En premier lieu, il ne s'agit pas, comme son nom pourrait sembler l'indiquer, d'une éducation à la «propreté». D'ailleurs ce terme de propreté est assez négatif, préférons-lui celui de continence. Ainsi, le but de l'hygiène naturelle infantile n'est nullement celui de faire en sorte que son bout de chou soit continent plus tôt.

L’hygiène naturelle infantine
Par Carine Phung
Les médicaments génériques en question
Santé : 2013, perspectives vers de nouvelles pratiques médicales ?

Les médicaments génériques nous sont présentés comme étant aussi sûrs que les originaux (princeps) qu’ils copient : même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s), même forme pharmaceutique, même bioéquivalence. Mais, ils ne sont pas nécessairement une copie identique du princeps, et c’est là que le bât peut blesser...

Après avoir accusé une crise de confiance au cours du premier trimestre 2012, le marché des génériques est finalement reparti à la hausse : la relance du dispositif «tiers payant contre génériques» y a certainement été pour beaucoup.

Ce qui ressort, c’est que les génériques, permettent de faire des économies sur les dépenses publiques et sont très rentables... Mais quid de l’intérêt du patient ? Ils sont sûrs, nous dit-on, présentent tout pareil, à l’exception des excipients... Justement : qu’en est-il de la composition quantitative en excipients que l’on nous cache au nom du «secret industriel» ?