Apparemment, la maladie de Parkinson ne date pas d’hier... Elle est connue et partiellement décrite depuis les temps bibliques, et il existe des descriptions de symptômes parkinsoniens dans des textes indiens et égyptiens. Le médecin et chirurgien grec Claude Galien a aussi porté son attention sur le tremblement au repos. Les symptômes parkinsoniens ont ensuite été mentionnés par différents auteurs depuis le XVIIe siècle. Mais évidemment, c’est le médecin anglais James Parkinson qui décrivit de manière très claire et détaillée l’histoire médicale de six patients qui présentaient les symptômes de la maladie, qui porterait son nom par la suite, dans un essai publié en 1817...

En s’appuyant sur les travaux de médecins, de scientifiques et de chercheurs, nous posons un certain nombre de questions de santé sur la table, sans idéologie, ni tabous. Car il faut bien reconnaître – en tout cas en France – que de nombreux sujets dans le domaine de la médecine ne sont guère évoqués sur la place publique. Poids des lobbies ? Des habitudes ? D’une médecine qui redoute parfois de se remettre en question ?

© Enquête de santé     -     Conditions générales     -     Mentions légales     -     Le blog     -     Contact     -     Qui sommes-nous ?

La revue d’investigation dans le domaine de la santé

Rechercher

Numéro 15 - Octobre 2012

48 pages d’enquêtes

sans publicité.

Pourquoi ce journal ?

Depuis deux ans, cette revue nourrit le débat sur la santé, en proposant un regard neuf et alternatif.  Les questions de santé occupent une place essentielle dans notre vie quotidienne, et nous voulons répondre ici a ce besoin croissant d’une information indépendante, investigatrice et contradictoire.

index.html

Quel est donc ce pouvoir de la musique ? De nous faire vibrer, frissonner, avoir la chair de poule, pleurer, aimer... D’où vient qu’elle nous bouleverse à ce point sans que l’on puisse nommer, décrire précisément ce que l’on ressent et pourquoi ? Éclair dans la pensée, surgissement d’un souvenir enfoui, d’autant plus immédiatement vivace qu’il était éteint et oublié... La musique semble là pour nous forcer à reprendre conscience d’une part de nous-mêmes, part immergée mais pourtant essentielle de notre identité dormante...

Le 7e continent : cet océan 
de plastique...Plastique.html

Tout a commencé en 1997. Le capitaine Charles J. Moore concourait cette année-là à une course de yacht dans le pacifique. Il décidait, sur le chemin du retour, de dévier sa route et tombait sur cette «soupe de plastique» connue sous le nom de «grande poubelle du Pacifique Nord». Il se trouvait ici au centre du Gyre subtropical, une zone de faible vent, située entre l’équateur et la latitude 50°N.

Naturopathie : Michel Geffard nous parle de l’endothérapie multivalenteEndotherapie.html
Actu_sante_octobre_2012.html
Maladie_de_Parkinson.html
Plastique.html
Musicotherapie.html
Endotherapie.html
Bruno_de_vie.html
Idees_recues_15.html
Auguste_Lumiere.html

Le sida a changé de visage.

De la maladie mortelle à la maladie chronique, les traitements ont modifié les perspectives...

Rédactrice en chef

Myriam Marino

  1. Un film de de Loïc Mahé

Quand le toxique assiège nos neurones !

«La musique, c’est le grand réservoir de commune humanité entre personnes. Dans la musique, il y a quelque chose de préverbal qui est fondamental, mais qui est aussi au-delà du verbal. Quand les mots manquent, la musique est là pour porter secours. La musique est la mère des mots», Josée Préfontaine (1953-2006), musicothérapeute.

Dossier : la maladie de
ParkinsonMaladie_de_Parkinson.html
Soigner par la musique :
La musicothérapieMusicotherapie.html

Il découvrit un territoire de 22 000 km de circonférence et d’une surface approximative de 3,4 millions de km2 (soit plus de 6 fois la superficie de la France) où s’accumulent depuis des années des déchets plastiques venus des continents. Charles J. Moore a par la suite publié deux études sur le sujet. Le premier article révélait que les fragments de plastique étaient 6 fois plus importants en terme de poids dans le centre Pacifique que le zooplancton. «Chaque fois que j’allais sur le pont, je voyais une bouteille de savon, un fond de bouteille en plastique.. Là, j’étais au milieu de l’océan, et il n’y avait nulle part où je pouvais éviter le plastique», Charles J. Moore, fondateur de l’Algalita Marine Research Institute, Long Beach, Californie, USA

Amas de plastique dans l’océan

La fréquence de la maladie de Parkinson, deuxième maladie neurodégénérative après la maladie d’Alzheimer, fait froid dans le dos... Si la cause de cette maladie reste inconnue, on sait à quel point en diminuant notre exposition aux nombreux neurotoxiques qui nous entourent, on augmente les chances de s’en préserver...